À la une

WORLD TEACHERS’ DAY: EMPOWERING TEACHERS, BUILDING SUSTAINABLE SOCIETIES WORLD TEACHERS’ DAY: EMPOWERING TEACHERS, BUILDING SUSTAINABLE SOCIETIES
Today, 5th October, World Teachers’ Day, as the global community comes together to support the new 2030 UN Agenda for Sustainable Development Goals (SDGs), FAWE and its network, would like to highlight the crucial role teachers play in achieving…

Les événements

Union des Comores

Nom du pays : Union des Comores

Langue parlée : le Chikomori et le Français

Population (totale/par sexe) :

L’archipel des Comores occupe une position stratégique dans l’océan indien, à l’entrée septentrionale du canal de Mozambique, entre le Nord-ouest de Madagascar et la côte sud-est du continent africain. Ses quatre îles dont Grande Comores (Ngazidja), Mohéli (Mwali), Anjouan (Ndzouani) et Mayotte (Mawore) couvrent une superficie de 2235 Km². Elles sont d’origine volcanique, apparues à la fin du tertiaire. Le mouvement de la tectonique des plaques conditionne alors la position géographique des îles.

Le pays jouit d’un climat chaud et humide, mais tempéré à la fois par l’altitude et l’influence océanique.

Situation démographique (en 2009)

 

NGAZIDJA

MWALI

NDZUWANI

MAORE

COMORES

Superficie (Km²)

1 147

290

424

374

2 235

Population (habitants)

342201

43604

283522

669327

Densité (hbts au Km²)

256

108

556

272

Moins de 20 ans (hbts)

42%

47%

51%

46%

Taux de croissance

2,3

3,8

3,2

2,7%

Espérance de vie

57,3

57,1

56,2

56,5

Source : Projections démographiques RGPH 2003.

Au dernier recensement général de la population et de l’habitat effectué en septembre 2003, la population de l’Union des Comores comptait 575 660 habitants. Elle est estimée à 669 327 en 2009. Les indicateurs démographiques restent très élevés : la densité de population avoisine 292 habitants au km2, le taux de croissance démographique est de 2,2% et l’indice synthétique de fécondité de 5,1 enfants/femme. La structure démographique est marquée par le poids des jeunes : en 2010, les Comores comptent 57% de la population de moins de 20 ans et 46% de celle de moins de 15 ans avec une espérance de vie à la naissance de 57 ans.



Nom et contacts du coordinateur national :

Tourqui Fazul Said, Moroni Grande Comores 

Tél : +269 338 90 82,

E-mail : 
 /  / 

Nom et contacts de la présidente du bureau exécutif :

La présidente étant empêchée, c’est la SG qui assure l’intérim jusqu’à la prochaine assemblée générale : Sittou Raghadat Mohamed Moroni Comores 

Tél: +

269 3330652, 

E-mail :  /  / 

Information sur l’antenne  :

Date de création de l’ONG : Janvier 2001

Action principales d’ordre National :


1) Campagne d’information et action accrues sur le bien-fondé d’éduquer les filles aux Comores (PNUD)

2) Réalisation d’une étude  qualitative sur  la scolarisation des enfants dans la région de Bandralamahalé à Anjouan (UNICEF)

3) Recensements des enfants déscolarisés dans 11 villages des Comores (UNICEF)

4) Vulgarisation des droits humains pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes et des filles aux Comores (PNUD-FAWE-PCD/UE)

5) Mise en place d’une école qui intègre la dimension Genre dans tous ses aspects. 

«

Le Centre d’Excellence de Hantsambou Fawecom» (FAWE)

6) Implantation de  trois nouveaux centres d’excellences à Bangoikouni (FAWE), Fomboni et Mahalé

7) Appui au centre d’excellence de Hantsambou (FAWE)

8) Formation et campagne de sensibilisation sur le genre(FAWE)

9) Vulgarisation de l’approche genre et l’EPT à travers les medias (FAWE)

9) Formation des journalistes sur le concept genre et promotion des activités à travers les couvertures médiatiques (FAWE)

10) Performance des filles en orthographe et  SMT dans les établissements scolaires (FAWE)

11) Formation de l’Antenne en  mobilisation et  gestion des fonds (FAWE)

12) Renforcement du partenariat de l’Antenne National(FAWE)

13) Réduire les barrières socioculturelles à l’éducation des filles, en ciblant des enfants marginalisés non scolarisés pour bénéficiers de cours de soutien en vue de leur inscription à l’école selon leurs capacités(UNICEF)

 

Information sur les statistiques liées à l’éducation :

Le taux brut de scolarisation

Durant la période de 1996 à 2009, le taux brut de scolarisation a progressé de l’ordre de 9 points. Il est passé de 92,8 en 1996 à 101,3 en 2009) au niveau national. Le taux des garçons a été plus rapide que celui des filles, avec une croissance moyenne annuelle respectivement de 1,6% et de 1,0% par an. Cela a fait que l’écart entre le taux masculin et féminin a augmenté sensiblement au niveau national, passant de 15.5 à 21.2 points dans cette période. C’est donc au niveau de Ngazidja et de Mwali que les écarts sont enregistrés à la hausse pendant que Ndzouani tante de réduire les disparités scolaires.

Au niveau des sexes, l’évolution des taux nets de scolarisation des garçons est plus importante que celle des filles. Ils sont respectivement de l’ordre de 81,5% pour les garçons et de 72,4% en 2009. Il y a lieu de préciser que de 1996 à 2009, la progression de ces taux est très rapide tant pour les garçons que pour les filles.  En effet, ils sont passés de 51,2% en 1996 à 77,1% en 2009. 

 

Rétention des élèves dans le primaire

Le taux de rétention entre la première et la dernière année d’études primaires est de l’ordre de 65% au niveau national. Ceci indique que beaucoup d’élèves ne parviennent pas à terminer le cycle primaire, plus particulièrement les filles (41%)[1] par rapport aux garçons (29%). C’est au niveau de l’enseignement public que la rétention est faible, et surtout dans l’île de Mwali où l’enseignement primaire est à prédominance publique.     

Un autre aspect qui agit sensiblement sur la rétention scolaire est les transferts des élèves dans la mesure où ils influencent beaucoup le cursus scolaire de certains élèves.

Le taux de réussite au concours d’entrée en 6ème

Le taux de réussite enregistré en 2003 (41% au niveau national) est globalement mitigé et révèle des faibles performances du système éducatif. Il faut noter que ce taux est le plus élevé par rapport aux résultats des huit dernières années. Malgré cela, le nombre de candidats ne cesse d’augmenter d’année


L'Université des Comores

Depuis septembre 2003, les Comores disposent d’une Université créée par ordonnance n° 03-006/ PR du 08 septembre 2003. C’est un établissement public à caractère scientifique et culturel jouissant de l’autonomie administrative et financière.


Résultats à l’examen du baccalauréat 

D’une manière générale les résultats de cet examen sont très faibles. Le taux de réussite passe de 21% à 39% entre 1996 et 2009.

Par contre Il est remarqué que les séries scientifiques fournissent très souvent des meilleurs résultats. 

On constate habituellement qu’il y a moins d’élèves inscrits dans les séries scientifiques que  dans celles littéraires. Ceci est dû au fait que le niveau des élèves est très faible dans les disciplines scientifiques en particulier en mathématiques et en physique-chimie. Cependant, cette ruée vers la série littéraire ne signifie pas que les élèves qui y sont  inscrits ont un bon niveau dans les disciplines de base (français, philosophie, langues et histoire-géographie), il s’agit plutôt d’une circonstance due à une absence d’orientation et d’un éventail limité des séries dans le système d’enseignement comorien. 

 

Une particularité de votre pays (quelque chose d’unique au pays ou à votre antenne)

99% des  comoriens sont des musulmans mais un islam très tolérant .Les hommes et les femmes se côtoient sans problème,  les femmes ne sont pas obligées de se voiler.

Notre constitution n’est pas la charia.

 Top

 Back to previous page