Feu l’hon. Vida Amaadi Yeboah

/Feu l’hon. Vida Amaadi Yeboah
Feu l’hon. Vida Amaadi Yeboah

Feu l’hon. Vida Amaadi Yeboah

Membre Fondatrice

Vida Amaadi Yeboah est née le 27 juillet 1944 dans son village maternel dans la région de l’Est. Vida Yeboah est la fille de Mme Kate Oye Ntow Ofosu et Eric Perigrino Nelson. Ses deux parents provenaient de familles royales dans leurs communautés traditionnelles respectives. Ses conditions étaient du moins modestes et parfois même défavorisées. Ainsi, à un âge précoce elle avait une idée des sacrifices auxquels devaient faire face les parents et, en particulier, les mères; pour mettre leurs enfants à l’école. Elle a été un enfant exceptionnellement brillant et, de sa petite ville, elle a passé l’examen requis lui permettant de rentrer dans une école prestigieuse, Wesley Girls High School, et l’a obtenu avec un premier diplôme en français de l’Université du Ghana. Elle a poursuivi ses études avec une maîtrise du même sujet à l’Université de Bordeaux en France. Elle a obtenu un diplôme d’études supérieures en éducation de l’Université de Cape Coast au Ghana afin d’intégrer le domaine de l’éducation.

Vida Yeboah a enseigné dans plusieurs écoles secondaires au Ghana et est devenue la Directrice de l’une des éminentes écoles de filles, à savoir l’école secondaire Mfantseman Girls. Son dynamisme, sa simplicité et sa gestion méticuleuse des ressources sont apparues à partir de ce moment là et elle n’est jamais retournée en arrière.

Vida Yeboah a été nommée au poste de Ministre Adjointe de l’éducation, chargée de l’éducation scolaire en 1985. Pendant qu’elle assumait ce poste, elle a été chargée de conduire une des réformes les plus profondes du système éducatif ghanéen visant à restructurer le système et à mettre en œuvre un nouveau programme d’études. Cela nécessitait un large éventail de compétences et de qualités allant de la planification stratégique et des compétences de négociation difficiles à la mobilisation communautaire et au développement des programmes qu’elle devait développer rapidement au travail.

Elle a relevé ce défi avec une grande passion, en tirant parti de ses erreurs et en créant une formidable machine de mise en œuvre et une réputation internationale enviable.

Vida Yeboah a fait campagne avec succès deux fois depuis 1992 pour les élections et a représenté le peuple de la circonscription d’Akwapim South dans la région de l’Est pour deux termes. Au parlement, elle a été Ministre du Tourisme.

Au cours de son mandat de législatrice pour l’éducation, Vida Yeboah a eu une expérience, concentrant ses énergies et sa passion pendant de nombreuses années. Vida est revenue d’une réunion des Ministres africains de l’éducation et des représentants des agences internationales de financement et des éditeurs en 1992, plein d’enthousiasme car elle faisait partie d’un groupe de cinq courageuses femmes ministres africaines, pionnières qui avaient décidé que le développement de l’éducation Africaine ne serait efficace que si elle était entreprise par les Africains eux-mêmes. L’équipe était constituée de Hon. Simone De Comarmond des Seychelles, Hon. Dr. Fay Chung du Zimbabwe, Hon. Paulette Missambo du Gabon, Hon. Alice Tiendrebeogo du Burkina Faso et Hon. Vida Yeboah du Ghana.

Reconnaissant que le développement du continent ne se déroulerait pas sans la pleine participation des femmes éduquées et conscientes, elles ont pris un engagement solennel de changer le statut inacceptable des filles et des femmes en Afrique. Elles étaient convaincues que les femmes législatrices de le milieu de l’éducation pourraient tirer parti de leur expérience ainsi que de leur influence pour constituer un groupe de pression unique et puissant pour garantir que toutes les filles en Afrique intègrent le système  scolaire,  y  restent  et   réalisent   le   meilleur   de   leurs   capacités.

Le Forum pour les éducatrices africaines est né de cette conviction en 1992 et l’expérience de Vida à Manchester, en Angleterre, a fait éclater une passion qu’elle avait depuis longtemps pour améliorer le sort des enfants ruraux pauvres avec lesquels elle a fortement emphatisé en raison de sa propre expérience.

À partir de ce moment-là, une grande et infatigable plaidoirie pour la fille africaine est née. Elle est retournée au Ghana et a mobilisé les femmes dans le domaine de l’éducation pour former le noyau de ce qui devait devenir FAWE Ghana. Son engagement était infectieux et bientôt il nous a laissé entendre que le Ghana ne pouvait pas échouer dans cet important exercice collaboratif.

Pour l’antenne du FAWE Ghana, la plus grande contribution de Vida Yeboah à FAWE dans son ensemble réside dans l’interprétation pratique des objectifs et des aspirations de l’organisation dans les programmes de base. Sous sa direction, son efficacité et sa motivation, ainsi que sa gestion efficace, l’antenne du FAWE Ghana, malgré des difficultés opérationnelles considérables, est devenu un modèle sur le continent pour les nouvelles antennes. L’une de ses paroles était: «Rappelez-vous, ensemble, nous devrions être en mesure de construire une montagne» (Yeboah: janvier 2003). Elle a démontré l’essence des multitâches qui est le sort de toute grande femme leader, car elle a équilibré ses fonctions officielles en tant que ministre et membre du Parlement avec le rôle de président de notre organisation jusqu’à ce qu’elle devienne la coordonnatrice à plein temps de l’antenne.

FAWE est aujourd’hui la principale voix sur l’éducation féminine en Afrique. C’est l’unique organisation panafricaine reconnue et qui a eu un impact éclatant à la fois au niveau de la communauté que dans les plus hauts couloirs du pouvoir à l’échelle mondiale. Vida Yeboah a siégé au Conseil Exécutif du FAWE en tant que membre fondateur et s’est mise à disposition du siège de FAWE à Nairobi, au Kenya; soutenant les antennes nationales du FAWE sur tout le continent et représentent FAWE dans les forums internationaux.

Une idée du travail que Vida Yeboah a réalisé au Ghana démontrera combien elle est devenue l’un des plus grands défenseurs de l’éducation des filles en Afrique et surtout au Ghana dans l’histoire contemporaine. Une grande partie de son travail a été innovant alors que le FAWE venait d’être établi et devait être initié selon la situation qui prévalait sur le terrain dans divers pays. Les membres du FAWE devaient prendre l’initiative de plaider en faveur de politiques et de changements d’attitude ainsi que d’interventions novatrices visant à promouvoir l’éducation des filles et des enfants.

En ce qui concerne le plaidoyer et la sensibilisation, Vida Yeboah a réuni une équipe d’éducateurs, de leaders communautaires et d’experts juridiques pour commencer ses initiatives. L’approche était d’impliquer tous, en particulier, les organisations de la société civile – les OSC, les assemblées de district, les agences publiques et privées, les autorités religieuses et traditionnelles, les partenaires de développement, les parents, les enseignants, le Ministère de l’Éducation, les médias et les filles. Cela a été résumé dans son récit populaire: «Nous faisons tous partie du problème et de la solution». Le plaidoyer du FAWE Ghana se caractérisait souvent par la détermination de son leader Vida Yeboah à «Dit le tel qu’il est», de sorte qu’une véritable évaluation de la situation pourrait conduire à un engagement sincère des parties prenantes à résoudre les problèmes posés.

Sous le leadership de Yeboah, l’antenne du FAWE Ghana a élaboré des stratégies efficaces d’engagement communautaire qui ont permis une sensibilisation et des initiatives communautaires impressionnantes pour promouvoir l’éducation des filles dans tout le Ghana. Les stratégies ont porté sur les protocoles et l’utilisation des paroles sages locales pour une entrée et un engagement harmonieux avec les communautés.

Ce processus impliquait de manière importante l’autonomisation des autorités locales par la formation et l’exposition aux options légales dont ils disposaient dans le cadre du système juridique ghanéen.

Les leaders communautaires ont été stimulés et inspirés à adopter des règlements communautaires pour créer un environnement propice à l’éducation des filles. Un certain nombre de pratiques traditionnelles hostiles aux filles et aux femmes ont également été modifiées ou proscrites par les dirigeants communautaires souvent avec la collaboration des parents et d’autres membres importants de la famille.

Les initiatives communautaires ont été appuyées par la signature de protocoles d’accord, la formation de petits groupes d’intérêts, les équipes de gestion de district et de communauté.

La vision de Vida Yeboah pour l’autonomisation des filles impliquées leur permet de prendre leur destinée en mains. Certaines interventions sont significatives parce qu’elles ont été initiées depuis le début des années 1990, la période dans laquelle elles pouvaient être considérées comme pionnières. Elles comprennent la création de clubs de filles dans les écoles, des programmes d’éducation par les pairs sur la santé sexuelle des adolescents; centres d’étude communautaires, formation professionnelle pour les personnes qui avaient abandonné l’école, camps de vacances pour les filles. Elle a effectivement cherché à les restaurer en «leur donnant une voix aujourd’hui pour l’avenir».

En 2002, le succès du plaidoyer de FAWE Ghana pour l’éducation des filles et des enfants à l’école a entraîné un nombre croissant d’élèves issus du niveau d’éducation de base qui cherchaient un enseignement secondaire. D’un autre côté, les filles des écoles rurales avaient abandonné l’école à cause de leurs résultats scolaires. En prenant une étape de foi, Vida Yeboah a mené l’antenne du FAWE Ghana à établir Nsaba Diaspora Girls ‘Secondary School, maintenant connue sous le nom Diaspora Girls Senior High School. Vida Yeboah a tiré toutes les cordes à sa disposition pour regrouper le financement pour construire les premières structures de l’école. Ensemble avec d’autres membres fondateurs de l’antenne, elle est allée faire de porte en porte assembler la première cohorte d’étudiants. Ces étudiants ont reçu un tutorat et un mentorat spéciaux et ont bénéficié de bourses d’études conduisant à des améliorations louables dans leur rendement scolaire. À l’horizon 2017, l’école est une institution – assistée par le gouvernement avec environ 700 étudiants.

Dans la carrière de Vida Yeboah en tant que directrice et plus tard comme Ministre avec divers portefeuilles, elle a acquis une réputation de leader pour une gestion efficace des fonds. Elle a pu sauver son école et le pays des millions de Ghana cedis. Elle a également été en mesure d’accroitre les fonds qui lui ont été confiés pour couvrir une gamme impressionnante d’activités à l’étonnement de ces collègues et des donateurs/autorités gouvernementales. Elle a incorporé ses compétences dans la fondation et la gestion de l’antenne du FAWE Ghana ce qui a fait d’elle un partenaire fiable pour l’antenne.

Sous le leadership de Vida Yeboah, le bureau de FAWE Ghana a eu un centre de documentation et de ressources, un centre de formation professionnelle et finalement une station de radio FAWE FM, qui a commencé à être diffusé quelques semaines avant sa mort en 2006. En se référant au travail de Yeboah et en particulier à la station de radio, Penina Mlama, à ce moment Directrice Exécutive de FAWE a déclaré à l’occasion du 10ème anniversaire de FAWE Ghana: « Vous avez été une pionnière de l’ensemble de la communauté FAWE en Afrique subsaharienne à bien des égards qui favorisent l’éducation des filles – commandant la station FAWE FM au village de Fotobi, juste au milieu de vos origines, est encore une première. Nous vous remercions de vos nombreux efforts dans l’éducation des filles, ce qui constitue une contribution majeure aux progrès de l’Afrique vers la réalisation des objectifs de l’Education pour tous (EPT). Le drapeau du Ghana est en plein vol… »:

À sa mort, même si l’attention internationale commençait à se désintéresser sur l’éducation des filles, FAWE avait été inextricablement liée au plaidoyer pour l’éducation des filles dans tout le pays.

La notoriété accordée à l’éducation des filles dans les documents de planification nationale est souvent prise pour acquis, mais le travail pionnier de Vida Yeboah et d’autres fondatrices de FAWE dans la promotion des changements politiques dans l’éducation des filles doit être reconnu.

Au-delà de son travail au sein du FAWE, qui a relevé son rôle de pionnière passionnée, Vida Yeboah était une patriote et une servante publique exemplaire dont le record devrait étendre son influence de mentorat même si elle n’est plus présente physiquement.

X