Études de cas sur la rétention des filles2017-12-08T14:47:47+03:00

«Dernier entré, premier sorti» – Quantifier la rétention, l’achèvement et la transition des filles

Le FAWE a mené une étude de cas sur la rétention, l’achèvement et la transition des filles dans certains pays d’Afrique subsaharienne.

Depuis le Forum mondial sur l’éducation 2000 à Dakar au Sénégal, de nombreux pays ont élaboré des stratégies et investi des ressources pour accroître l’accès à l’éducation et améliorer les environnements institutionnels répondant aux besoins d’apprentissage de tous les enfants, jeunes et adultes.

Le nombre d’enfants non scolarisés dans la région est passé de 96 millions à 72 millions entre 1999 et 2005 (UNESCO: 2008). Un certain nombre de gouvernements, notamment au Botswana, au Burundi, au Cameroun, au Kenya et au Lesotho, ont déclaré une éducation gratuite et ont soutenu leurs déclarations politiques avec des ressources. D’autres pays, y compris les Seychelles, ont atteint une participation quasi universelle à tous les niveaux de l’éducation (CME: 2008).

Malgré ces progrès, la progression au-delà des années du primaire et l’achèvement des études restent des préoccupations importantes en Afrique subsaharienne.

En 2006, 115 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire n’étaient pas scolarisés (UNESCO: 2006) et une proportion inacceptable d’Africains atteignait l’âge adulte sans acquérir les compétences de base en lecture et en écriture.

L’Afrique subsaharienne est confrontée à de grands problèmes d’éducation et de développement en ce qui concerne les jeunes et les adultes analphabètes et sous-éduqués. Les rapports indiquent que la région a les taux d’achèvement et de transition les plus bas ainsi que le plus grand nombre de tendances irrégulières de fréquentation scolaire.

Une part importante de ces jeunes écoliers sont des filles qui abandonnent l’école ou connaissent de longues interruptions de leurs études (CME: 2008). Dans 54 pays africains, moins de 50% des filles terminent leurs études primaires et réussissent à s’inscrire dans l’enseignement secondaire.

L’étude de cas du FAWE visait à:

  • Quantifier l’éducation des filles en termes de rétention, d’achèvement et de transition à tous les niveaux d’éducation dans les pays subsahariens où FAWE est présent;
  • Identifier les pays où les filles risquent d’échouer dans la rétention, l’achèvement et la transition dans ces pays;
  • Analyser l’interaction, les liens et les relations entre les obstacles à la rétention, l’achèvement et la transition dans l’éducation des filles;
  • Examiner les meilleures et les pires pratiques dans lesquelles les gouvernements ont eu un impact sur l’éducation des filles dans les domaines de la rétention, de l’achèvement et de la transition; et,
  • Générer un ensemble de recommandations orientées vers l’action pour les politiques, la planification et les programmes d’interventions pour l’éducation des filles aux différents niveaux du système éducatif.

 

X