Call Us Today! +254 20 77 30537|fawe@fawe.org
Notre Histoire2018-03-20T16:12:30+00:00

Notre Histoire

Le FAWE a été fondé en 1992 par cinq femmes Ministres africaines de l’éducation qui pensaient que les femmes occupant des postes de décideurs pouvaient faire une différence significative. Enregistrée au Kenya en tant qu’organisation non gouvernementale panafricaine en 1993, nous opérons aujourd’hui à travers 34 Antennes Nationales. Nous sommes devenus une partie intégrante du mouvement éducatif en Afrique sub-saharienne et des experts en matière d’éducation des filles dans la région, gagnant le respect et la reconnaissance aux niveaux international, régional et national. Nos différents prix internationaux reconnaissent notre rôle influent dans la campagne pour l’égalité des sexes dans l’éducation.

FAWE a été fondé en 1992 par cinq femmes africaines Ministres de l’éducation – la regrettée Hon. Vida Yeboa du Ghana, Hon. Simone de Comarmond des Seychelles, Hon. Paulette Missambo du Gabon, Hon. Dr Fay Chung du Zimbabwe et Hon. Alice Tiendrebéogo du Burkina Faso.

Le FAWE est né des discussions entre Ministres africains et des représentants des bailleurs de fonds pour l’éducation en Afrique (DAE). Il a été créé sur la base de la conviction que les femmes occupant des postes de décision ont le potentiel de faire une différence significative.

La création du FAWE a été officialisée par une réunion tenue en septembre 1992 au Centre Bellagio de la Fondation Rockefeller en Italie.

Dans ses remarques d’ouverture, l’hon. Dr Chung a déclaré: «Nous sommes ici pour rechercher des interventions pratiques et gérables qui contribueront de manière réaliste à améliorer la situation actuelle. Nous ne sommes pas sans défense en tant que groupe. Nous devons avoir une vision d’où nous voulons aller, en réalisant que chaque jour, il y a quelque chose de positif que nous pouvons faire « .

La réunion de Bellagio a réuni dix-neuf femmes politiques africaines de haut rang dans le domaine de l’éducation, réunies autour d’une préoccupation commune: le statut médiocre de l’éducation des femmes en Afrique.

Pour que ces Ministres, Vice-chanceliers et éminents pédagogues fassent la différence qu’ils souhaitaient, il fallait mettre en place un mécanisme leur permettant de partager leurs points de vue, d’échanger leurs expériences, d’explorer des alternatives et de mettre en commun leurs ressources intellectuelles. La création d’un réseau qui soutiendrait les membres et leurs institutions, renforçant leur capacité à influencer l’élaboration des politiques et la formulation des politiques, était clairement une priorité.

FAWE a été enregistré en tant qu’organisation non gouvernementale panafricaine à Nairobi au Kenya en 1993.

En octobre 1991, cinq Ministres africaines de l’éducation se sont réunies de manière informelle au cours d’une réunion de donateurs de la Banque mondiale sur l’éducation en Afrique pour discuter des obstacles réels rencontrés par les filles et les femmes africaines en vue d’acquérir une éducation et améliorer leur qualité de vie.
Reconnaissant qu’elles ensemble avec d’autres décideurs pouvaient faire beaucoup pour résoudre collectivement ces problèmes, il a été proposé l’idée de créer un réseau de femmes éminentes pour l’éducation africaine qui pourraient se réunir pour proposer des mesures et plaider en faveur de la transformation du système éducatif africain, paysage pour une plus grande égalité des genres.
Elles se sont réunies à nouveau en septembre 1992 et, avec un groupe de 19 femmes africaines de haut rang dans le domaine de l’éducation, ont lancé le Forum des Educatrices Africaines.
Ces femmes étaient Hon. Simone de Comarmond des Seychelles, Hon. Dr Fay Chung du Zimbabwe, Hon. Paulette Missambo du Gabon, Hon. Alice Tiendrebéogo du Burkina Faso et feu l’hon. Vida Yeboa du Ghana

Hon. Paulette Missambo
Hon. Paulette Missambo
Membre Fondatrice
Dr. Fay King Chung
Dr. Fay King Chung
Secrétaire Honoraire
Hon. Alice Tiendrebeogo
Hon. Alice Tiendrebeogo
Membre du Comité exécutif
Mme. Simone De Comarmond
Mme. Simone De Comarmond
Membre du Comité exécutif

Au cours de nos premières années, nos efforts se sont concentrés sur le plaidoyer visant à placer l’éducation des filles au centre de l’agenda politique aux niveaux national et international. Par la suite, notre objectif est allé au-delà du plaidoyer et a évolué pour influencer des actions sur le terrain afin de réduire les disparités entre les sexes en matière d’accès, de rétention et de performance.

Aujourd’hui, le FAWE participe à divers forums mondiaux sur l’éducation, notamment l’Initiative des Nations Unies pour l’Education des Filles (UNGEI), le Comité Consultatif Mondial et la Campagne Mondiale pour l’Education.

Le FAWE opère à travers 34 Antennes Nationales qui abordent les questions liées à l’éducation des femmes en ce qui concerne le développement économique à long terme et son caractère central et urgent dans la planification du secteur de l’éducation.

Notre organisation a incité les gouvernements à revoir et réformer les politiques qui entravent l’accès des filles à l’éducation. Les pays dans lesquels nous opérons ont adopté des politiques sexospécifiques et ont par la suite enregistré une amélioration du taux de scolarisation, de rétention et de performance des filles à l’école.

FAWE est ainsi devenu une partie intégrante du mouvement éducatif en Afrique subsaharienne et une autorité sur la scolarisation des filles dans la région, gagnant ainsi le respect et la reconnaissance aux niveaux international, régional et national.

Nous avons reçu des prix internationaux qui reconnaissent notre rôle influent dans la campagne pour l’égalité des sexes dans l’éducation: la médaille Comenius de l’UNESCO en 1999, le prix en Leadership de Hendry R. Kravis en 2008 et le prestigieux Chevalier de l’Ordre National (Chevalier de l’Ordre National) du Président de la République du Burkina Faso en 2012.

X