Le FAWE et le Forum des OSC de l’ACERWC lancent un documentaire sur l’impact des grossesses précoces en Afrique.

//Le FAWE et le Forum des OSC de l’ACERWC lancent un documentaire sur l’impact des grossesses précoces en Afrique.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

15 juin 2021, Nairobi Kenya : Le Forum des éducatrices africaines (FAWE) et le Forum des OSC du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être des enfants (ACERWC) se sont associés pour produire un documentaire soulignant l’impact des grossesses précoces en Afrique dans la réalisation de l’aspiration 7 de l’Agenda 2040. Intitulé « Son enfance volée », le documentaire a été lancé aujourd’hui pour sensibiliser à la réduction des grossesses précoces en Afrique.

Le documentaire de 12 minutes a pour but de présenter les expériences vécues par les adolescentes enceintes, y compris celles qui sont tombées enceintes pendant la période de la pandémie du COVID 19, et de plaider pour un cadre juridique solide sur les grossesses chez les adolescentes.

S’exprimant lors du webinaire de lancement, la Directrice exécutive adjointe du FAWE, Mme Teresa Omondi-Adeitan, a déclaré : « La situation de COVID-19 dans laquelle nous nous trouvons actuellement a vu une forte augmentation des grossesses chez les adolescentes, causée principalement par la fermeture des écoles. Les statistiques disponibles sur l’augmentation de ces cas sont la preuve que les filles sont plus protégées lorsqu’elles sont à l’école. Les foyers, que nous pensions sûrs, se sont avérés ne pas l’être, car ces cas ont augmenté lorsque les filles sont à la maison. Malheureusement, les responsables sont des personnes en position d’autorité dont nous attendons des conseils et un soutien. »

Le documentaire donnera un aperçu des expériences vécues par les adolescentes enceintes en utilisant leurs propres mots via des récits. En outre, il mettra en lumière les processus mis en place par l’Union africaine (UA) et d’autres OSC (organisations de la société civile) pour garantir que les filles jouissent de leurs droits.

Mme Felistus Motimedi, coordinatrice régionale du Réseau des droits de l’enfant d’Afrique australe, a souligné l’importance d’une approche multisectorielle pour relever les défis auxquels sont confrontées les filles en Afrique : « Pour réaliser l’aspiration 7 de l’Agenda 2040, il faudra que tout le monde soit sur le pont, les États parties ne peuvent pas le faire seuls, nous, en tant qu’organisations de la société civile, devons travailler avec eux et avec les filles et les jeunes femmes pour faire en sorte que nos filles puissent profiter de leur enfance ».

Les grossesses chez les filles de moins de 18 ans ont des conséquences irréparables. Elles violent les droits des filles, avec des conséquences potentiellement mortelles en termes de santé sexuelle et reproductive, de continuité dans l’éducation et posent des coûts de développement élevés pour les communautés, notamment en perpétuant le cycle de la pauvreté. Il faut donc prendre des mesures immédiates pour faire appliquer les lois protégeant les droits des enfants, et en particulier des filles, quel que soit leur environnement, et garantir les besoins en matière d’éducation et de santé, même en cas d’exposition à des pratiques néfastes, de pandémies et de catastrophes. Il est également nécessaire d’éliminer les risques de violence, de grossesse chez les filles de moins de 18 ans, d’infection par le VIH, de décès et d’invalidité maternels.

Il est préoccupant de constater que les filles n’ont pas accès à des informations sur la parentalité adaptées aux adolescents. Le manque d’éducation ou d’accès à la santé génésique et le fait qu’il n’existe pas de structures ou de canaux dans les foyers et les villages permettant à un enfant de parler de ces questions ont un impact négatif sur le droit de l’enfant à participer aux questions qui le concernent le plus.

Le documentaire, qui a été projeté pour la première fois lors de la Journée de l’enfant africain 2021, a mis en lumière les graves conséquences des grossesses précoces sur la vie des filles, notamment en termes de droit à la protection, à la survie, au développement et à la participation.

En 2020, le FAWE et le forum des OSC ont élaboré un document de position incitant la Charte africaine des droits et du bien-être des enfants (ACERWC) à collecter davantage de données sur les grossesses adolescentes. Cette recommandation a été approuvée et documentée comme une voie à suivre dans la déclaration des OSC[1] à la 36ème réunion ordinaire de l’ACERWC.

En outre, alors que l’Afrique célèbre les 30 ans de l’entrée en vigueur de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en 1990, le documentaire mettra en lumière les progrès réalisés en matière d’accès des filles vulnérables à l’éducation de base et la capacité des gouvernements à garantir des taux de rétention cohérents et à réduire les taux d’abandon scolaire, comme le prévoit l’article 11 (3 a et b) respectivement.

FIN 

Voir le lien vers le documentaire ici : https://youtu.be/VrJPImaSPXE

[1] https://drive.google.com/file/d/1GJRnF WzeJZoCgE1CYfjT1FxgYfzC8_s/view?usp=sharing

By |2021-08-17T13:18:07+03:00août 17th, 2021|Categories: STEM|

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X