Enseignants : Un rôle directeur dans la réponse aux crises, une vision de l’avenir

/, Nouvelles/Enseignants : Un rôle directeur dans la réponse aux crises, une vision de l’avenir

Chaque année, le 5 octobre, nous avons l’occasion de fêter nos professeurs. Les êtres humains formidables, résistants et désintéressés qui figurent dans nos années d’apprentissage. Ils partagent et transmettent en douceur non seulement des connaissances formelles, mais aussi les idéaux de vie.

Dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale des enseignants de cette année, sous le thème «  Enseignants : Un rôle directeur dans la réponse aux crises, une vision de l’avenir« , l’équipe de communication du FAWE a eu l’occasion de s’entretenir avec certains des enseignants en Éthiopie. Ces enseignants ont veillé à ce que l’apprentissage se poursuive malgré une pandémie mondiale.

Enseignant 1:

  1. Dagnachew Worku est professeur à l’école partenaire du programme des bourses de la Fondation Mastercard, à Bashewam, où il enseigne la chimie.

Quel est l’impact de la pandémie sur l’éducation ?

Le processus normal d’enseignement et d’apprentissage a été affecté par la pandémie du COVID-19 qui a obligé les étudiants à interrompre leurs études avant d’avoir terminé le programme scolaire de 2020. En conséquence, le gouvernement a déclaré une promotion gratuite de tous les apprenants à la classe supérieure, à l’exception des huitième et douzième années qui doivent passer des examens de fin d’études spécifiques. Cela aura un effet négatif sur leurs notes futures et leurs résultats aux examens nationaux.

Quel est l’impact spécifique de la pandémie sur vos apprenants ?

Suite à l’épidémie du COVID -19, mes apprenants ont été obligés de rester chez eux pour leur sécurité. Cela a conduit certains d’entre eux à éprouver du stress et de l’anxiété.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile dans le passage de vos classes en ligne ?

Les étudiants sont confrontés à des difficultés pour passer à des cours en ligne en raison de l’absence d’une connectivité internet fiable et du manque de connaissances et de compétences technologiques.

En tant qu’enseignant, je n’ai pas beaucoup de pouvoir pour contrôler les apprenants. Il est donc difficile de connaître les élèves qui suivent réellement la session de cours et ceux qui ne le font pas. Il est également difficile de classer les étudiants en fonction de leurs performances.

Quelles sont vos principales préoccupations quant à l’enseignement en ligne?

Ma plus grande préoccupation est l’évaluation. Comme mentionné précédemment, je n’ai pas beaucoup de pouvoir sur les apprenants. Il faut mettre en place différents types de systèmes d’évaluation pour mesurer les performances de ces derniers. Cela permettra également de limiter le copier-coller des réponses fournies par les autres étudiants aux différentes questions posées en classe.

Pourquoi êtes-vous devenu enseignant et qu’est-ce que vous aimez le plus dans le métier d’enseignant?

Je suis devenu enseignant grâce à l’influence positive de mes professeurs lorsque j’étais encore au lycée. Je crois fermement que l’enseignement est le fondement de toutes les professions. J’exerce la profession d’enseignant depuis huit ans et je l’apprécie parce qu’elle me donne une occasion de façonner les générations futures. Cela me donne également une satisfaction morale

Enseignante 2:

Mme Tamrat Taye est une enseignante principale dans le programme des bourses de la Fondation Mastercard. Elle enseigne à l’école secondaire Hawassa Tabor 

Quel est l’impact de la pandémie sur l’éducation ?

La pandémie a surtout touché l’éducation en raison de la fermeture des écoles. Les élèves n’ont pas été en mesure de suivre rapidement le programme scolaire. Ils n’ont pas non plus pu acquérir une expérience pratique des TIC, des exercices physiques et différentes expériences de laboratoire, ce qui a gravement nui à la qualité de l’enseignement.

Quel est l’impact spécifique de la pandémie sur vos apprenants ?

Les apprenants se sentent sans espoir et déprimés parce qu’ils ne vont pas à l’école et qu’ils n’ont pas de contacts avec leurs camarades. Ils sont également exposés à la violence basée sur le genre (VBG), au mariage précoce et au travail des enfants. J’ai l’impression qu’ils perdent leur compétitivité, car il n’existe actuellement aucune forme d’évaluation, ce qui les décourage d’étudier dur.

 

Selon vous, comment vos apprenants se sont-ils adaptés ?

Dans les écoles publiques, il n’y avait pas d’enseignement en ligne avant le Covid-19. Les écoles fournissaient des notes sur papier aux étudiants pour révision et autres usages. Récemment, les étudiants ont suivi les études en ligne facilitées par le FAWE Ethiopie. Ils ont également créé des groupes Telegram eux-mêmes dans lesquels ils mènent des discussions académiques.

Quel est le plus grand défi et pourquoi ?

Le plus grand défi est le manque d’évaluation adéquate. En conséquence, nous voyons de plus en plus d’étudiants se démotiver dans leurs études.

De quoi êtes-vous fière ?

La communauté s’est mobilisée pour s’entraider en donnant du matériel sanitaire, de la nourriture et de l’argent aux personnes dans le besoin. À mon avis, cela devrait continuer même après la pandémie.

Qu’est-ce qui vous manque dans l’enseignement en présentiel?

La communication avec mes étudiants et mes collègues me manque. L’environnement convivial à l’école me manque aussi.

Pourquoi aimez-vous enseigner ?

J’aime le temps que je passe avec mes étudiants et je suis témoin de leurs progrès et de leur évolution générale. Je me détends lorsque je suis à l’école et j’oublie mes soucis et mon stress chaque fois que je suis avec mes apprenants.

Pourquoi êtes-vous devenue enseignante ?

Ce sont mes professeurs du primaire et du secondaire qui m’ont inspiré à devenir enseignante. Je les aimais tellement et cela m’a donné envie d’être comme eux.

By |2020-12-15T22:57:55+03:00décembre 15th, 2020|Categories: En vedette, Nouvelles|

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X