S’engager dans l’agro-industrie pour subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille pendant le verrouillage de Covid19

/, Uncategorized/S’engager dans l’agro-industrie pour subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille pendant le verrouillage de Covid19

Musimenta Edmand

Musimenta Edmand, est étudiante de 3ème année à l’Université Busitema, poursuivant un baccalauréat en production et gestion animales.

Il raconte que, «Comme tout autre étudiant plein d’espoir poursuivant sa carrière, ce n’a pas été un exploit facile de passer par le long verrouillage imprévisible, depuis que les établissements d’enseignement ont été fermés instantanément par le gouvernement ougandais en tant que mesure pour contrôler le COVID. -19. » Du coup, j’ai beaucoup réfléchi et j’ai décidé de profiter de cette pause pour m’aventurer dans la production, transformant les connaissances théoriques que j’ai acquises à l’école en travaux pratiques.

En raison de ma passion pour l’agriculture, j’ai démarré une petite porcherie élevant des races génétiquement améliorées, à savoir, du blé et du grand blanc sous deux systèmes de production – un système de microorganismes indigènes (IMO) et une unité de pâturage zéro au sol en béton occupée par huit porcs. J’ai également élevé 10 dindes, les oiseaux les plus commercialisables de l’est de l’Ouganda, que je garde à la fois à l’intérieur et sur un système de libre parcours.

Afin de travailler pour la communauté, j’ai fait du bénévolat à la ferme universitaire, en particulier dans la section animale, où j’ai incubé et géré plus de 500 poussins et pris part à d’autres pratiques de gestion des animaux d’élevage comme le traitement et la vaccination en plus à s’engager dans des travaux de vulgarisation agricole dans le quartier, en aidant les agriculteurs à traiter leurs animaux et en offrant des services de conseil en gestion.

Au cas où j’obtiendrais un soutien financier ou même un prêt, je démarrerais une unité de volaille de 300 poulets de chair puisque j’ai déjà de l’espace. Je voudrais moi aussi m’engager dans un projet de tomates et pastèques puisque l’Université m’a déjà offert deux acres de terrain à utiliser. Cette décision est éclairée par la forte demande de légumes et de fruits dans la société alors que les gens deviennent conscients de leur nutrition.

By |2020-09-11T16:59:18+03:00septembre 11th, 2020|Categories: En vedette, Uncategorized|

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X